Formations en communication écrite & orale

Être en capacité de communiquer à l’oral et à l’écrit est un savoir-faire essentiel pour les journalistes ou les communicants : les formations en communication écrite & orale proposées par le CFPJ contribuent à leur montée en compétence sur ces deux aspects. Chaque forme de communication a ses spécificités, demandent sa technique pour pouvoir la manier correctement. N’étant pas une capacité innée, il est donc nécessaire de se former.

Retrouvez toutes nos formations professionnelles en Communication écrite & orale

Retrouvez toutes nos formations professionnelles en Communication écrite & orale

Qu’est-ce que la communication écrite et orale ?

Claude Shannon et Warren Weaver ont défini la communication comme un modèle où un émetteur, grâce à un codage, qui transmet un message à un récepteur. Le récepteur décode le message, mais est perturbé par un bruit (un brouillage). Ce modèle, assez simple, permet de comprendre l’importance d’une communication écrite et orale réussie : l’émetteur doit formuler son message de telle sorte à ce que le décodage soit facilité pour le récepteur tout en étant conscient que son message peut être altéré par des filtres de communication.

Plus tard, Harold Dwight Lasswell, politologue et psychiatre américain, s’est intéressé à la façon dont l’émetteur fait passer son message, en exploitant les travaux de Quintilien (professeur de rhétorique du 1er siècle). Ce dernier incitait ses élèves à se poser les questions suivantes : qui parle ? Pour dire quoi ? Par quel média ou canal ? S’adresse à qui ? Avec quel effet ? En parallèle, Harold Dwight Lasswell détermine trois fonctions à la communication de masse : la surveillance de l’environnement (collecter les informations), la mise en relation (analyse de l’information), et la transmission de l’héritage social. Ses travaux s’intéressent en particulier à la propagande et il statue que, au-delà de passer une information, communiquer, c’est influencer. Il est très décrié puisque son étude s’intéresse uniquement à l’émetteur et peu au récepteur du message, toutefois, les questions préalables à se poser avant d’exprimer un message restent des fondamentaux des formations en communication écrite et orale.

La communication, ce n’est donc pas uniquement influencer : c’est interagir comme l’ont montré les travaux de Roman Jakobson. Ce dernier se concentre sur le message lui-même et identifie 6 facteurs auxquels il lie une fonction : le message (lié à la fonction poétique), le destinataire (lié à la fonction conative), le contexte (lié à la fonction référentielle), le code (lié à la fonction métalinguistique), le contact (lié à la fonction phatique).

Quels points communs entre la communication écrite et orale ?

Puisqu’il s‘agit d’une interaction, que ce soit en communication écrite ou orale, avant de formuler son message, il faut s’intéresser à son auditoire ou son lecteur : qui est-il ? qu’est ce qui l’intéresse ? quel est son niveau de connaissance du sujet ? Ce questionnement posé permet d’adapter son message sur la forme et le fond (vocabulaire, style, longueur, ...)

Il faut ensuite identifier l’ensemble des idées à faire passer et les ordonner afin d’être en capacité de construire un message logique. Puis rédiger ou exprimer le message en utilisant les mots adaptés à son ou ses interlocuteur(s).

Dans les deux cas la communication peut être associée à un visuel : ce dernier vient appuyer et ancrer le propos.

Quel mode de communication choisir pour interagir ?

Le choix du mode de communication (écrite ou orale) est la première étape d’une interaction réussie. En entreprise, la tendance est de privilégier l’e-mail, ou bien souvent, un simple appel permet de statuer rapidement sur un sujet

En général il est préférable de privilégier l’écrit pour formaliser des idées. L’écrit a également l’avantage de permettre à l’émetteur de prendre le temps de « poser » ses idées, de choisir ses mots, s’assurant ainsi de la clarté du message envoyé.

L’écrit a également, que ce soit conscient ou non, un rôle de preuve de part son aspect formel et sa durabilité.

La communication orale est plus directe, plus émotionnelle, elle s’avère donc plus efficace pour convaincre. Par exemple une négociation commerciale sera plus facilement menée à l’oral.  

De même pour faire émerger des idées, il est préférable de privilégier l’oral en s’appuyant sur la puissance de l’intelligence collective

Toutefois la communication écrite et orale sont deux modes de communication ne s’excluent pas l’un l’autre : en entreprise il est particulièrement fréquent d’échanger par oral puis de formaliser par écrit pour conserver une trace des échanges.